ANNEXE(article 2)ACCORD DE 1986 SUR LES TERRES INDIENNES

L’accord atteste que les parties se sont entendues sur ce qui suit :

  • 1. Définitions

    • a« bande », « cession », « conseil de la bande », « coutume » et « Indien » S’entendent au sens de la Loi sur les Indiens, chapitre I-6 des Statuts revisés de 1970, y compris ses modifications;

    • b« minéraux » Sont compris parmi les minéraux l’or, l’argent et tous les autres métaux, précieux ou communs, de même que le charbon, le gaz naturel, le pétrole, le sel, le sable et le gravier;

    • c« terre » Y sont assimilés les intérêts y afférents;

    • d« traité de 1924 » Traité conclu entre le Canada et l’Ontario et daté du 24 mars 1924, de même que les lois qui ont ratifié ce traité, soit la loi canadienne 14-15 George V, chapitre 48, et la loi ontarienne 14 George V, chapitre 15.

  • 2. Le Canada, l’Ontario et toute bande ou tout groupe de bandes peuvent conclure un accord particulier. Une ou plusieurs bandes peuvent devenir parties à un ou à plusieurs accords particuliers.

  • 3. Un accord particulier peut être conclu sur toute question concernant des terres ou des ressources naturelles, y compris :

    • a) toute question visée au traité de 1924;

    • b) toute question d’administration et de contrôle;

    • c) l’exercice, la répartition, le transfert ou l’aliénation de tout intérêt afférent à des terres ou à des ressources naturelles;

    • d) les minéraux, droits miniers et redevances, ainsi que leur cession ou leur imposition;

    • e) l’énergie hydro-électrique;

    • f) la cession des terres et des ressources naturelles;

    • g) les conséquences de l’extinction ou de l’émancipation d’une bande;

    • h) l’usage des sommes d’argent;

    • i) l’inapplicabilité d’un ou de plusieurs articles du traité de 1924;

    • j) toute autre question nécessaire à la mise en oeuvre d’un accord particulier.

  • 4. Les dispositions des accords particuliers prennent effet dès leur ratification et l’emportent sur les dispositions incompatibles du traité de 1924.

  • 5. Ni le présent accord ni les accords particuliers n’ont effet sur la validité d’un traité ou d’une cession.

  • 6. Le Canada et l’Ontario peuvent conclure des accords ayant pour objet la ratification de concessions ou de toute autre cession de terres par l’une ou l’autre partie à l’égard de terres, mais aucun accord ou ratification de ce genre ne peut porter atteinte aux droits ou recours que détiendrait une bande à l’égard de quiconque ou de terres, y compris la Couronne ou le domaine public.

  • 7. Si le Canada a perçu ou perçoit des sommes d’argent pour le compte d’une bande ou de bandes à la suite de ventes ou autres formes d’aliénation de terres ou d’intérêts y afférents, l’Ontario reconnaît que le Canada peut continuer d’administrer ces sommes d’argent au profit et à l’usage de la bande ou des bandes en question, mais celles que le Canada perçoit expressément pour le compte de l’Ontario ne sont en aucun cas considérées comme perçues pour le compte de cette bande ou de ces bandes.

  • 8. Le présent accord entre en vigueur à l’entrée en vigueur de sa ratification par le Parlement du Canada et par la Législature de l’Ontario.

  • 9. Un accord particulier entre en vigueur à sa ratification tant par la bande que par décret en conseil du Canada et de l’Ontario.

  • l0. Il y a ratification d’un accord particulier par une bande :

    • a) soit à la suite d’un référendum tenu en conformité avec les règlements que le gouverneur en conseil prend en application de la loi de mise en oeuvre du présent accord;

    • b) soit conformément à la coutume ou à la constitution de la bande, pourvu que le conseil de la bande donne au ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et au ministre des Ressources naturelles de l’Ontario un avis écrit portant qu’il y a eu ratification conformément à la coutume ou à la constitution de la bande, selon le cas.

  • 11. Dans les cas où un accord particulier concerne des terres ou produit des effets à l’égard de terres, celles-ci doivent faire l’objet d’une délimitation en annexe de l’accord particulier.

  • 12. Un accord particulier conclu par une bande ne lie une autre bande ou n’a d’effet à son égard que si celle-ci l’a ratifié.

  • 13. Les parties à un accord particulier ou leurs successeurs peuvent le modifier selon les modalités de sa conclusion.