Government of Canada / Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Recherche

Règlement sur la sûreté des traversiers intérieurs (DORS/2009-321)

Règlement à jour 2020-11-02; dernière modification 2015-06-17 Versions antérieures

PARTIE 5Évaluation de la sûreté et plan de sûreté (suite)

Exercices et entraînements de sûreté (suite)

Exercices de sûreté

Note marginale :Fréquence des exercices

  •  (1) L’exploitant d’un traversier intérieur ou d’une installation pour traversiers intérieurs veille à ce qu’un exercice de sûreté soit effectué au moins une fois tous les trois mois, sauf lorsque le traversier ou l’installation n’est pas en service. Dans un tel cas, l’exercice est effectué dans la semaine qui suit la remise en service du traversier ou de l’installation.

  • Note marginale :Exercices conjoints ou séparés

    (2) Les exercices de sûreté des traversiers intérieurs et ceux des installations pour traversiers intérieurs peuvent être tenus conjointement ou non.

  • Note marginale :Exercices jumelés

    (3) Un exercice de sûreté peut être jumelé à un autre exercice, s’il y a lieu.

  • Note marginale :Éléments du plan de sûreté mis à l’essai

    (4) Les exercices de sûreté mettent à l’essai chaque élément du plan de sûreté à l’égard d’un traversier intérieur ou d’une installation pour traversiers intérieurs, y compris les interventions à la suite de menaces contre la sûreté, d’infractions à la sûreté et d’incidents de sûreté, et tiennent compte, à l’égard du traversier ou de l’installation, des types d’activités, des changements de personnel et d’autres circonstances pertinentes.

  • Note marginale :Équivalence

    (5) Une intervention d’urgence documentée à la suite d’un incident de sûreté équivaut à un exercice de sûreté.

Entraînements de sûreté

Note marginale :Fréquence des entraînements

  •  (1) Les entraînements de sûreté sont effectués au moins une fois par année civile, l’intervalle entre deux entraînements consécutifs ne dépassant pas dix-huit mois.

  • Note marginale :Nature des entraînements

    (2) Les entraînements de sûreté peuvent :

    • a) être effectués en vraie grandeur;

    • b) consister en un exercice sur table ou un séminaire;

    • c) être combinés avec d’autres entraînements appropriés.

  • Note marginale :Objectifs des entraînements

    (3) Les entraînements de sûreté :

    • a) mettent à l’essai le plan de sûreté pertinent et comprennent la participation importante et active de tout le personnel qui a des responsabilités en matière de sûreté;

    • b) peuvent comprendre, selon la portée et la nature des entraînements, la participation d’autorités gouvernementales ou du personnel d’autres bâtiments, installations maritimes ou organismes portuaires qui ont des responsabilités en matière de sûreté;

    • c) peuvent ne viser qu’un traversier intérieur ou qu’une installation pour traversiers intérieurs ou peuvent faire partie d’un programme coopératif visant à mettre à l’essai le plan de sûreté d’un autre bâtiment, installation maritime ou organisme portuaire;

    • d) mettent à l’essai, à tout le moins, les éléments de coordination, de disponibilité des ressources et d’intervention, ainsi que la procédure de communication et de notification.

  • Note marginale :Mise en oeuvre d’un niveau MARSEC supérieur

    (4) Lorsqu’un traversier intérieur ou une installation pour traversiers intérieurs est visé par la mise en oeuvre du niveau MARSEC 2 ou du niveau MARSEC 3 à la suite d’un incident de sûreté, cette mise en oeuvre équivaut à un entraînement de sûreté.

Tenue des dossiers

Note marginale :Contenu des dossiers

  •  (1) L’agent de sûreté du traversier et l’agent de sûreté de l’installation pour traversiers tiennent chacun, en ce qui concerne leurs responsabilités respectives, des dossiers comportant les éléments suivants :

    • a) les détails de la formation en matière de sûreté, y compris la date, la durée et la description, et le nom des participants;

    • b) les détails des exercices et des entraînements de sûreté, y compris la date et la description, le nom des participants et, le cas échéant, les meilleures pratiques ou leçons apprises qui pourraient améliorer le plan de sûreté;

    • c) les détails des menaces contre la sûreté, des infractions à la sûreté et des incidents de sûreté, y compris la date, l’heure, l’emplacement et la description, l’intervention et l’identité de la personne à qui ils ont été signalés;

    • d) les changements du niveau MARSEC, y compris la date, l’heure de la réception de la notification et l’heure à laquelle il y a conformité avec les exigences du nouveau niveau;

    • e) les dossiers d’entretien, d’étalonnage et de mise à l’essai du matériel utilisé à des fins de sûreté, y compris la date et l’heure de l’activité et le matériel visé;

    • f) pour chaque vérification annuelle du plan de sûreté, une lettre qui atteste la date à laquelle la vérification a été terminée;

    • g) un exemplaire de l’évaluation de la sûreté à l’égard du traversier intérieur ou de l’installation pour traversiers intérieurs et les détails de chaque examen périodique de l’évaluation, y compris la date de l’examen et les constatations;

    • h) un exemplaire du plan de sûreté approuvé à l’égard du traversier ou de l’installation et les détails de chaque examen périodique du plan, y compris la date de l’examen, les constatations et toute modification recommandée du plan;

    • i) les documents de sûreté délivrés à l’égard du traversier ou de l’installation;

    • j) les détails de chaque modification du plan de sûreté approuvé à l’égard du traversier ou de l’installation, y compris la date d’approbation et de mise en œuvre de la modification;

    • k) une liste, en fonction des noms ou des postes, du personnel du traversier ou de l’installation qui a des responsabilités en matière de sûreté;

    • l) les dossiers des inspections, y compris les dates auxquelles elles sont effectuées.

  • Note marginale :Gestion des dossiers

    (2) Sous réserve du paragraphe (3), l’agent de sûreté du traversier et l’agent de sûreté de l’installation pour traversiers veillent à ce que les dossiers mentionnés au paragraphe (1), en ce qui concerne leurs responsabilités respectives, soient :

    • a) conservés au moins deux ans après la date à laquelle ils sont établis;

    • b) mis à la disposition du ministre sur demande de celui-ci;

    • c) protégés contre tout accès ou toute divulgation non autorisés;

    • d) protégés contre toute suppression, destruction et révision.

  • Note marginale :Conservation des plans de sûreté

    (3) L’agent de sûreté du traversier et l’agent de sûreté de l’installation pour traversiers veillent à ce que des exemplaires des évaluations de sûreté et des plans de sûreté approuvés à l’égard du traversier intérieur ou de l’installation pour traversiers intérieurs soient conservés au moins deux ans après la date d’expiration du plan.

  • Note marginale :Interdiction de communiquer

    (4) Il est interdit de communiquer les renseignements de sûreté figurant dans les dossiers visés au paragraphe (1), les évaluations de sûreté ou les plans de sûreté, sauf si la communication est faite dans le but de se conformer au présent règlement.

Coordination et mise en œuvre de la procédure à chaque niveau MARSEC

Note marginale :Obligation avant une interface

  •  (1) Avant une interface entre un traversier intérieur et une installation pour traversiers intérieurs, l’exploitant du traversier et celui de l’installation veillent chacun à ce que le traversier et l’installation soient exploités conformément au niveau MARSEC en vigueur.

  • Note marginale :Obligations du capitaine du traversier intérieur

    (2) S’il est avisé que le niveau MARSEC est rehaussé à l’installation pour traversiers intérieurs avec laquelle un traversier intérieur est sur le point d’avoir une interface, le capitaine du traversier :

    • a) veille à ce que le traversier se conforme sans retard injustifié au niveau MARSEC rehaussé;

    • b) avise le plus tôt possible le ministre de toute difficulté de mise en oeuvre;

    • c) met au courant le personnel du traversier des menaces contre la sûreté signalées, en mettant l’accent sur la procédure de signalement et en soulignant la nécessité d’accroître la vigilance.

  • Note marginale :Obligations de l’exploitant de l’installation pour traversiers intérieurs

    (3) S’il est avisé que le niveau MARSEC est rehaussé sur un traversier intérieur avec lequel son installation pour traversiers intérieurs est sur le point d’avoir une interface, l’exploitant de celle-ci :

    • a) veille à ce que l’installation se conforme sans retard injustifié au niveau MARSEC rehaussé;

    • b) avise le plus tôt possible le ministre de toute difficulté de mise en oeuvre;

    • c) met au courant le personnel de l’installation des menaces contre la sûreté signalées, en mettant l’accent sur la procédure de signalement et en soulignant la nécessité d’accroître la vigilance.

  • Note marginale :Coordination avec organisme portuaire

    (4) Dans le cas où l’installation pour traversiers intérieurs visée au paragraphe (3) est située dans un port, l’exploitant du traversier intérieur et celui de l’installation assurent également la coordination avec l’organisme portuaire.

[105 réservé]

Vérification des plans de sûreté

Traversiers intérieurs

Note marginale :Objectif de la vérification

  •  (1) L’exploitant d’un traversier intérieur veille à ce qu’une vérification du plan de sûreté à l’égard du traversier soit effectuée pour en établir la conformité aux exigences du présent règlement.

  • Note marginale :Fréquence de la vérification

    (2) L’exploitant d’un traversier intérieur veille à ce qu’une vérification du plan de sûreté à l’égard du traversier soit effectuée à tous les douze mois et à ce qu’une nouvelle vérification soit entreprise dans les trente jours qui suivent l’un des événements suivants :

    • a) le traversier a un nouvel exploitant;

    • b) la structure physique du traversier a été modifiée;

    • c) la procédure d’intervention d’urgence, de sûreté ou d’exploitation du traversier a été modifiée.

  • Note marginale :Vérification partielle

    (3) La vérification du plan de sûreté à l’égard d’un traversier intérieur effectuée par suite de modifications de la structure physique du traversier peut être limitée aux dispositions du plan touchées par les modifications.

  • Note marginale :Attestation

    (4) Si, par suite d’une vérification, il est établi que le plan de sûreté à l’égard d’un traversier intérieur est conforme aux exigences du présent règlement, l’agent de sûreté du traversier joint à ce plan une lettre qui atteste la conformité du plan à ces exigences.

  • Note marginale :Modifications nécessaires

    (5) Si par suite d’une vérification, il est établi que le plan de sûreté à l’égard d’un traversier intérieur n’est pas conforme aux exigences du présent règlement, l’agent de sûreté du traversier présente à l’exploitant du traversier, dans les trente jours qui suivent la fin de la vérification, une modification du plan.

  • Note marginale :Exigences pour effectuer la vérification

    (6) Les personnes qui effectuent la vérification possèdent la connaissance des méthodes de vérification et d’inspection et des techniques de contrôle d’accès et de surveillance et sont indépendantes de la procédure de sûreté qui fait l’objet de la vérification à moins que ce ne soit impossible en raison des dimensions du traversier et du type de celui-ci.

 
Date de modification :