Loi sur le casier judiciaire (L.R.C. (1985), ch. C-47)

Loi à jour 2016-09-18; dernière modification 2014-12-06 Versions antérieures

Loi sur le casier judiciaire

L.R.C. (1985), ch. C-47

Loi relative à la suspension du casier judiciaire des condamnés qui se sont réadaptés

Titre abrégé

Note marginale :Titre abrégé

 Loi sur le casier judiciaire.

  • S.R., ch. 12 (1er suppl.), art. 1.

Définitions et interprétation

Note marginale :Définitions
  •  (1) Les définitions qui suivent s’appliquent à la présente loi.

    Bureau

    Executive Committee

    Bureau Le Bureau de la Commission visé au paragraphe 151(1) de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition. (Executive Committee)

    commissaire

    Commissioner

    commissaire Le commissaire de la Gendarmerie royale du Canada. (Commissioner)

    Commission

    Board

    Commission La Commission des libérations conditionnelles du Canada. (Board)

    enfant

    child

    enfant Personne âgée de moins de dix-huit ans. (child)

    infraction d’ordre militaire

    service offence

    infraction d’ordre militaire S’entend au sens du paragraphe 2(1) de la Loi sur la défense nationale. (service offence)

    ministre

    Minister

    ministre Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile. (Minister)

    peine

    sentence

    peine S’entend de la peine au sens du Code criminel, mais n’y sont pas assimilées les ordonnances rendues en vertu des articles 109, 110, 161 ou 259 de cette loi ou du paragraphe 147.1(1) de la Loi sur la défense nationale. (sentence)

    période de probation

    period of probation

    période de probation Selon le cas :

    • a) la durée de l’engagement de ne pas troubler l’ordre public et d’avoir une bonne conduite que doit contracter le condamné mis en liberté à cette condition;

    • b) la période pendant laquelle le condamné doit observer les prescriptions de l’ordonnance de probation à laquelle il doit se conformer ou dont est assortie sa mise en liberté. (period of probation)

    réhabilitation

    réhabilitation[Abrogée, 2012, ch. 1, art. 109]

    suspension du casier

    record suspension

    suspension du casier Mesure ordonnée par la Commission en vertu de l’article 4.1. (record suspension)

  • Note marginale :Expiration de la période de probation

    (2) Pour l’application de la présente loi, la période de probation est réputée prendre fin au moment où l’engagement ou l’ordonnance de probation, selon le cas, cesse d’avoir effet.

  • (3) [Abrogé, 1992, ch. 22, art. 1]

  • L.R. (1985), ch. C-47, art. 2;
  • L.R. (1985), ch. 1 (4e suppl.), art. 45(F);
  • 1992, ch. 22, art. 1;
  • 1995, ch. 39, art. 166 et 191, ch. 42, art. 77;
  • 2005, ch. 10, art. 34;
  • 2010, ch. 5, art. 7.1(A) et 7.3(F);
  • 2012, ch. 1, art. 109 et 160.

Commission des libérations conditionnelles du Canada

Note marginale :Attributions

 La Commission a toute compétence et latitude pour ordonner, refuser ou révoquer la suspension du casier.

  • 1992, ch. 22, art. 2;
  • 2010, ch. 5, art. 7.2(A) et 7.5(F);
  • 2012, ch. 1, art. 110.
Note marginale :Instruction
  •  (1) L’examen des demandes de suspension du casier ainsi que des dossiers en vue d’une révocation de suspension du casier visée à l’article 7 est mené par un membre de la Commission.

  • Note marginale :Comité de deux personnes ou plus

    (2) Le président peut ordonner que le nombre de membres qui forment un comité chargé de l’examen des cas visés au paragraphe (1) — ou d’une catégorie de cas — soit supérieur au nombre fixé au paragraphe (1).

  • 1992, ch. 22, art. 2;
  • 2012, ch. 1, art. 111.

Effet de la suspension du casier

Note marginale :Effet de la suspension du casier

 La suspension du casier :

  • a) d’une part, établit la preuve des faits suivants :

    • (i) la Commission, après avoir mené les enquêtes, a été convaincue que le demandeur s’était bien conduit,

    • (ii) la condamnation en cause ne devrait plus ternir la réputation du demandeur;

  • b) d’autre part, sauf cas de révocation ultérieure ou de nullité, entraîne le classement du dossier ou du relevé de la condamnation à part des autres dossiers judiciaires et fait cesser toute incapacité ou obligation — autre que celles imposées au titre des articles 109, 110, 161, 259, 490.012, 490.019 ou 490.02901 du Code criminel, du paragraphe 147.1(1) ou des articles 227.01 ou 227.06 de la Loi sur la défense nationale ou de l’article 36.1 de la Loi sur le transfèrement international des délinquants — que la condamnation pouvait entraîner en vertu d’une loi fédérale.

  • 2012, ch. 1, art. 112.

Demande de suspension du casier

Note marginale :Demandes de suspension du casier
  •  (1) Sous réserve de l’article 4, toute personne condamnée pour une infraction à une loi fédérale peut présenter une demande de suspension du casier à la Commission à l’égard de cette infraction et un délinquant canadien — au sens de la Loi sur le transfèrement international des délinquants — transféré au Canada par application de cette loi peut présenter une demande de suspension du casier à la Commission à l’égard de l’infraction dont il a été déclaré coupable.

  • Note marginale :Transfèrement des délinquants

    (2) Pour l’application de la présente loi, l’infraction dont a été déclaré coupable, par un tribunal étranger, un délinquant canadien transféré au Canada au titre de la Loi sur le transfèrement international des délinquants est réputée être une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par voie de mise en accusation.

  • L.R. (1985), ch. C-47, art. 3;
  • 1992, ch. 22, art. 3;
  • 2004, ch. 21, art. 40;
  • 2012, ch. 1, art. 114.

Procédure

Note marginale :Restrictions relatives aux demandes de suspension du casier
  •  (1) Nul n’est admissible à présenter une demande de suspension du casier avant que la période consécutive à l’expiration légale de la peine, notamment une peine d’emprisonnement, une période de probation ou le paiement d’une amende, énoncée ci-après ne soit écoulée :

    • a) dix ans pour l’infraction qui a fait l’objet d’une poursuite par voie de mise en accusation ou qui est une infraction d’ordre militaire en cas de condamnation à une amende de plus de cinq mille dollars, à une peine de détention de plus de six mois, à la destitution du service de Sa Majesté, à l’emprisonnement de plus de six mois ou à une peine plus lourde que l’emprisonnement pour moins de deux ans selon l’échelle des peines établie au paragraphe 139(1) de la Loi sur la défense nationale;

    • b) cinq ans pour l’infraction qui est punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire ou qui est une infraction d’ordre militaire autre que celle visée à l’alinéa a).

  • Note marginale :Personnes inadmissibles

    (2) Sous réserve du paragraphe (3), n’est pas admissible à présenter une demande de suspension du casier la personne qui a été condamnée :

    • a) soit pour une infraction visée à l’annexe 1;

    • b) soit pour plus de trois infractions dont chacune a fait l’objet d’une poursuite par voie de mise en accusation, ou, s’agissant d’infractions d’ordre militaire passibles d’emprisonnement à perpétuité, s’il lui a été infligé pour chacune une peine d’emprisonnement de deux ans ou plus.

  • Note marginale :Exception

    (3) La personne qui a été condamnée pour une infraction visée à l’annexe 1 peut présenter une demande de suspension du casier si la Commission est convaincue :

    • a) qu’elle n’était pas en situation d’autorité ou de confiance vis-à-vis de la victime de l’infraction et que la victime n’était pas en situation de dépendance vis-à-vis d’elle;

    • b) qu’elle n’a pas usé de violence, d’intimidation ou de contrainte envers la victime, ni tenté ou menacé de le faire;

    • c) qu’elle était de moins de cinq ans l’aînée de la victime.

  • Note marginale :Fardeau : exception

    (4) Cette personne a le fardeau de convaincre la Commission de l’existence des conditions visées au paragraphe (3).

  • Note marginale :Modification de l’annexe 1

    (5) Le gouverneur en conseil peut, par décret, modifier l’annexe 1 pour y ajouter ou en retrancher une infraction.

  • L.R. (1985), ch. C-47, art. 4;
  • L.R. (1985), ch. 1 (4e suppl.), art. 45(F);
  • 1992, ch. 22, art. 4;
  • 2000, ch. 1, art. 1(F);
  • 2010, ch. 5, art. 2;
  • 2012, ch. 1, art. 115.
 
Date de modification :