Loi sur le Parlement du Canada (L.R.C. (1985), ch. P-1)

Loi à jour 2016-06-21; dernière modification 2015-10-27 Versions antérieures

Loi sur le Parlement du Canada

L.R.C. (1985), ch. P-1

Loi concernant le Parlement du Canada

Titre abrégé

Note marginale :Titre abrégé

 Loi sur le Parlement du Canada.

PARTIE ISénat et Chambre des communes

Continuité du Parlement

Note marginale :Dévolution de la Couronne

 La dévolution de la Couronne n’a pas pour effet d’interrompre ou de dissoudre le Parlement, lequel peut continuer à fonctionner comme s’il n’y avait pas eu dévolution.

  • S.R., ch. S-8, art. 2.
Note marginale :Intégrité de la prérogative

 L’article 2 ne porte en rien atteinte au pouvoir de la Couronne de proroger ou dissoudre le Parlement.

  • S.R., ch. S-8, art. 3.

Privilèges, immunités et pouvoirs

Nature

Note marginale :Sénat, Chambre des communes et leurs membres

 Les privilèges, immunités et pouvoirs du Sénat et de la Chambre des communes, ainsi que de leurs membres, sont les suivants :

  • a) d’une part, ceux que possédaient, à l’adoption de la Loi constitutionnelle de 1867, la Chambre des communes du Parlement du Royaume-Uni ainsi que ses membres, dans la mesure de leur compatibilité avec cette loi;

  • b) d’autre part, ceux que définissent les lois du Parlement du Canada, sous réserve qu’ils n’excèdent pas ceux que possédaient, à l’adoption de ces lois, la Chambre des communes du Parlement du Royaume-Uni et ses membres.

  • S.R., ch. S-8, art. 4.
Note marginale :Admission d’office

 Ces privilèges, immunités et pouvoirs sont partie intégrante du droit général et public du Canada et n’ont pas à être démontrés, étant admis d’office devant les tribunaux et juges du Canada.

  • S.R., ch. S-8, art. 5.
Note marginale :Preuve

 Dans le cadre d’une enquête sur les privilèges, immunités et pouvoirs du Sénat et de la Chambre des communes, ou de l’un de leurs membres, un exemplaire des journaux de l’une des deux chambres, imprimé ou réputé l’être sur ordre de l’une ou l’autre, est admis en justice comme preuve de l’existence de ces journaux, sans qu’il soit nécessaire de prouver qu’il a été imprimé sur un tel ordre.

  • S.R., ch. S-8, art. 6.

Publication de documents

Note marginale :Poursuites fondées sur un document officiel
  •  (1) Le défendeur dans une affaire civile ou pénale résultant de la procédure intentée et poursuivie de quelque façon que ce soit en relation directe ou indirecte avec la publication, par lui-même ou son préposé, d’un document quelconque sous l’autorité du Sénat ou de la Chambre des communes peut, après préavis de vingt-quatre heures donné conformément au paragraphe (2), produire devant le tribunal saisi de l’affaire — ou l’un de ses juges — outre un affidavit l’attestant, un certificat :

    • a) signé du président ou du greffier du Sénat ou de la Chambre des communes;

    • b) affirmant que le document en question a été publié par le défendeur ou son préposé, sur l’ordre ou sous l’autorité du Sénat ou de la Chambre des communes.

  • Note marginale :Préavis

    (2) Le préavis prévu par le paragraphe (1) est donné à la partie adverse, directement ou par l’intermédiaire de son procureur.

  • Note marginale :Arrêt des procédures

    (3) Dès la production du certificat visé au paragraphe (1), le tribunal ou le juge arrête les poursuites; celles-ci ainsi que tous les actes de procédure y afférents sont dès lors réputés éteints ou annulés de par l’application de la présente loi.

  • S.R., ch. S-8, art. 7.
Note marginale :Authenticité de l’original et de la copie
  •  (1) Dans les cas où la publication du document visé au paragraphe 7(1) fait directement ou indirectement l’objet d’une poursuite civile ou pénale, le défendeur peut, à tout stade, produire en justice le document original ainsi qu’un exemplaire de celui-ci accompagné d’un affidavit certifiant l’authenticité de l’original et la conformité de la copie.

  • Note marginale :Arrêt des procédures

    (2) Sur production de l’original et de la copie certifiés par affidavit, le tribunal ou le juge arrête les poursuites; celles-ci ainsi que tous les actes de procédure y afférents sont dès lors réputés éteints ou annulés de par l’application de la présente loi.

  • S.R., ch. S-8, art. 8.
Note marginale :Preuve dans le cas de publication d’extraits ou de résumés

 Dans toute poursuite civile ou pénale occasionnée par l’impression d’un extrait ou résumé du document visé au paragraphe 7(1), le document en question peut être produit à titre de preuve, et le défendeur peut démontrer que l’extrait ou le résumé a été publié de bonne foi et sans intention malveillante; dès lors, si le jury est de cet avis, un verdict de non-culpabilité est rendu en faveur du défendeur.

  • S.R., ch. S-8, art. 9.

Interrogatoire des témoins

Note marginale :Interrogatoire des témoins sous serment
  •  (1) Le Sénat ou la Chambre des communes peuvent faire prêter serment aux témoins comparaissant devant eux.

  • Note marginale :Interrogatoire devant un comité

    (2) Le Sénat ou la Chambre des communes peut ordonner l’interrogatoire sous serment de témoins devant un comité.

  • Note marginale :Pouvoir d’assermentation des comités

    (3) Les comités du Sénat ou de la Chambre des communes peuvent faire prêter serment aux témoins comparaissant devant eux.

  • S.R., ch. S-8, art. 25 à 27.
Note marginale :Déclaration solennelle
  •  (1) Le témoin qui, devant être interrogé dans le cadre de la présente loi, allègue ses convictions pour refuser de prêter serment peut faire une déclaration solennelle.

  • Note marginale :Effet d’une déclaration solennelle

    (2) La déclaration solennelle prévue au paragraphe (1) a la même valeur et le même effet qu’un serment.

  • S.R., ch. S-8, art. 28 et 29.
Note marginale :Parjure

 Quiconque, étant interrogé dans le cadre de la présente partie, fait délibérément un faux témoignage encourt les peines prévues en cas de parjure.

  • S.R., ch. S-8, art. 31.
Note marginale :Prestation de serment ou déclaration solennelle
  •  (1) Sont habilités à faire prêter ou recevoir les serments ou déclarations solennelles prévus par la présente partie :

    • a) les présidents du Sénat et de la Chambre des communes;

    • b) le président d’un comité du Sénat ou de la Chambre des communes;

    • c) les personnes désignées à cette fin soit par le président du Sénat ou celui de la Chambre des communes, soit par règlement ou ordre de l’une ou l’autre des deux chambres.

  • Note marginale :Formule

    (2) Les serments ou déclarations solennelles prévus par la présente partie suivent les modèles 1 et 2 reproduits à l’annexe.

  • S.R., ch. S-8, art. 30 et 32.

PARTIE IISénat

Conflits d’intérêts

 [Abrogé, 2004, ch. 7, art. 1]

 [Abrogé, 2004, ch. 7, art. 1]

Note marginale :Trafic d’influence
  •  (1) Il est interdit à tout sénateur de recevoir — ou de convenir de recevoir — , directement ou indirectement, une rémunération pour services rendus ou à rendre à qui que ce soit, ou par l’intermédiaire d’un tiers :

    • a) relativement à quelque projet de loi, délibération, marché, réclamation, dispute, accusation, arrestation ou autre affaire devant le Sénat ou la Chambre des communes ou devant un de leurs comités;

    • b) pour influencer ou tenter d’influencer un membre de l’une ou l’autre chambre.

  • Note marginale :Infraction et peine

    (2) Le sénateur qui contrevient au paragraphe (1) commet une infraction et encourt une amende de mille à quatre mille dollars.

  • Note marginale :Tentative de corruption

    (3) Quiconque donne, offre ou promet à un sénateur une rémunération pour les services mentionnés au paragraphe (1) commet un acte criminel et encourt un emprisonnement maximal d’un an et une amende de cinq cents à deux mille dollars.

  • S.R., ch. S-8, art. 23.
 
Date de modification :